Mutuelles santés : Les personnes âgées sont ceux qui payent le plus

L’âge et la santé déclinante d’un senior l’oblige à souscrire une mutuelle santé. Celle-ci se révèle plus chère pour lui que pour ses enfants ou même ses petits-enfants. La population dite « active » bénéficie de tarif mutuelle santé plus avantageux que les personnes âgées.

Cette constatation vient bousculer une des raisons d’être primordiale des mutuelles. Cette solution de prise en charge financière de santé, au départ solidaire et équitable, est devenue une entreprise de profit lambda sous la pression d’une concurrence impitoyable.

Les premiers à pâtir de cette nouvelle donne sont les personnes âgées qui payent le prix fort.

Un fossé qui se creuse entre générations

En premier lieu, en remontant aux origines du concept mutualiste, nous trouvons une belle idée de partage et de solidarité. Rappelons-le, les premières mutuelles devaient être à but non lucratif. Dans les années 30, chaque cotisant payait la même part, quel que soit son âge ou son état de santé.

Vaincues par un capitalisme galopant et devant absolument faire du profit pour tenir le coup face à la concurrence, les mutuelles ont suivis le mouvement.
Il n’est pas rare aujourd’hui de voir des devis de mutuelle prohibitifs pour des seniors. Les frais d’adhésion peuvent être jusqu’à 3 fois plus élevés pour une personne âgée par rapport à un actif.

Avec l’espérance de vie qui augmente régulièrement mais une santé qui devient de plus en plus fragile, les mutuelles montrent certaines réticences à souscrire un contrat pour une personne âgée.

Il peut même arriver que certaines mutuelles refusent purement et simplement l’adhésion d’une personne ayant dépassée les 75 ans…

Une population non couverte par une mutuelle santé

Aujourd’hui, de nombreux retraités en situation financière précaire ne peuvent tout bonnement plus s’offrir une mutuelle santé. Une Sécurité Sociale qui dérembourse massivement depuis des années associée à des frais de santé de plus en élevés privent une grande partie de la population d’accès aux soins. Faute de moyens, bon nombre de personnes âgées ne vont plus chez les spécialistes dont ils ont pourtant tellement besoin au regard de leur âge avancé (ophtalmologiste, dentiste…).

Comment expliquer une telle détérioration d’une idée de partage pourtant si attrayante au départ ?

La Sécurité Sociale associée aux mutuelles santé reste un modèle envié par beaucoup de pays européens ou non, qui n’ont pas d’équivalent.
Aujourd’hui ce système est mis à mal et laisse de côté toute une frange de la population qui n’en bénéficie plus, faute d’argent.

Espérons que le débat public promis par les hautes instances de l’Etat prenne en compte ce qui devient un vrai problème de société pour nombre d’entre nous.

Plus d’informations ici